Formation "écritures créatives"

formation-au-capDu 1er au 3 février 2012 ont eu lieu à Reddam School-Cape Town, Kloof High school - kloof (près de Durban) et à Roedean High School for girls(SA) -Johannesburg, des stages de formation, conduits par Stéphanie Bara, formatrice de formateurs au Cavilam de Vichy.

Ce stage s'adressait  à un public de professeurs de français d’Afrique du Sud des établissements secondaires,  ainsi que des professeurs d’Alliances Françaises et d’universités.  Dans le cadre de la formation continue des enseignants, 200 exemplaires d’Ecritures créatives (S.BARA, A-M.BONVALLET, C.RODIER, PUG, 2011) ont été achetés par le SCAC et ont été distribués aux professeurs présents à la journée de formation.  L’objectif de cette mission était de former les enseignants à la mise en place d’activités d’écriture créative au sein de leurs cours et ainsi les initier à l’utilisation du livre qui leur a été distribué en fin de formation.

 


Le programme s’articulait autour de trois axes :
- La place et la pertinence de l’écriture créative dans l’enseignement d’une langue étrangère,
- l’expérimentation d’activités envisageables dès les petits niveaux de langue,
- l’intérêt des activités d’écriture collective.

Le groupe de Cape Town comptait 17 participants, professeurs d’établissements secondaires et d’Alliance Française.
Le groupe de Kloof comptait 16 participants professeurs d’établissements secondaires.
Le groupe de Johannesburg comptait, quant à lui, plus de 70 participants, professeurs d’établissements secondaires, d’écoles internationales privées et d’université.

Déroulement
La formation s’est déroulée sur 1 journée de 6 heures dans chaque lieu.
Le programme effectivement mis en place a été le suivant :
- Définition d’un atelier d’écriture créative,
- Discussion-échange autour de la place de l’écriture créative dans les cours de langue,
- Expérimentation d’activités faisables dès le niveau A1,
- Expérimentation d’activités d’écriture collectives,
- Mise en place de techniques de lecture à voix haute des productions des participants.

Conclusion
Le contexte d’enseignement du français en Afrique du sud, dans les établissements secondaires et surtout le MATRIC, l’examen final, rend l’écriture créative et des moyens facilitant l’approche de la littérature pertinents et même nécessaires. En effet, cet examen se compose, entres autres, d’une partie d’analyse orale de texte littéraire, ainsi que d’une épreuve écrite autour de ce même texte. Selon le moment où ils ont commencé leur étude du français, et donc selon leur niveau de langue, les élèves peuvent avoir des difficultés linguistiques et méthodologiques pour réussir cet examen. La mise en place d’activités d’écriture créative s’avère intéressante dans ce contexte particulier. Il s’agit en effet de dédramatiser l’approche de la production écrite pour les apprenants en la rendant plus ludique et attrayante ; mais aussi de trouver des portes d’entrées vers le texte littéraire pour ensuite en faciliter l’accès aux apprenants.
Au cours de la journée, les participants ont ainsi pu réfléchir au fonctionnement des ateliers d’écriture et aux passerelles entre ces ateliers et l’enseignement d’une langue étrangère. Ils ont également pu se familiariser avec la structure du livre Ecritures créatives et en expérimenter différentes activités par eux-mêmes.

Il a été constaté par les participants une facilité étonnante à écrire des choses personnelles avec un groupe et à les lire devant un public. Les enseignant(e)s ont ainsi pu noter que des activités adaptées et une prise de risque limitée pendant les moments de mutualisation des productions contribuaient à valoriser les apprenants en tant que personnes et donc les incitaient à se livrer plus que dans des activités traditionnelles.
{jcomments on}